MFR Janze

L'alternance


vivre l'alternance...

A l’inverse de la logique scolaire classique qui est d’apprendre pour restituer des savoirs, les fondateurs des Maisons familiales rurales ont expérimenté une méthode pédagogique basée sur une démarche en deux temps : sur le terrain, le temps « de l’action et de la motivation » et à l’école, le temps « de la mise en commun et de la réflexion ». Ils ont ainsi créé une formule pédagogique bien connue aujourd’hui : l’alternance.

Mais le système pédagogique des Maisons familiales rurales ne se résume pas uniquement à la technique de l’alternance entre des séjours en entreprise et des séjours à l’école. Pour exprimer une réelle efficacité, ce système doit être complété par d’autres aspects qui s’imbriquent les uns dans les autres avec des effets de synergie :

 

-          les familles sont actives dans l’éducation de leurs enfants,

-          les formateurs ont des fonctions polyvalentes de relations, d’enseignement, d’éducation, d’accompagnement,

-          l’établissement est à taille humaine,

-          l’apprentissage de la vie de groupe (notamment l’internat) est une pièce fondamentale du puzzle éducatif,

-          la formation technique sert la formation générale,

-          les jeunes sont acteurs de leur formation et cette dernière prend une dimension sociale s’il y a interpellation et questionnement des adultes qui l’entourent.

 

Des conditions de mise en oeuvre

Un équilibre entre les différents temps de formation

Exemple du Bac Professionnel :  20 semaines à la Maison familiale rurale, 20 semaines en milieu socioprofessionnel sur une année, avec une alternance de séjours de 2 semaines à la MFR et de 2 semaines en entreprise.


Des outils pédagogiques de relation entre les différents lieux de formation.

Plans d’étude : questionnaire qui permet de recueillir des informations pendant le stage. Ces informations serviront de support à une mise en commun à la MFR où chaque élève s’exprime sur son vécu de stage. Ces comparaisons et analyses de pratique serviront de support à l’approfondissement des connaissances.

 
Un choix pédagogique cohérent avec le choix associatif.

Des réunions régulières de parents, de maîtres de stage qui permettent une implication des adultes dans les formations. Des visites des formateurs sur le terrain.

 
Une personnalisation de la formation et un travail sur le projet.

Des temps individuels prévus avec les formateurs. Un accompagnement rapproché. Des échanges facilités hors des temps de cours.

 

Les formateurs de Maisons familiales rurales

Le formateur de Maison familiale rurale, appelé moniteur (celui qui accompagne), a une fonction globale. Il joue un rôle de tuteur et d’animateur auprès de chaque jeune ou de chaque stagiaire. Il organise les relations entre la Maison familiale, l’entreprise, la famille, l’élève. Il accompagne chacun dans son projet professionnel et personnel.

Chaque association embauche les membres de son équipe. Les conditions de travail sont régies dans le cadre d’une convention collective nationale. Les nouveaux moniteurs et monitrices bénéficient d’une formation pédagogique en cours d’emploi, de deux années, qui aboutit à la délivrance d’un Certificat de moniteur de formations alternées.

Les moniteurs doivent être obligatoirement titulaires des titres requis par la législation en vigueur pour enseigner.

L’ambition éducative des MFR

 

Les Maisons familiales rurales ont, dès leur origine, voulu permettre à chaque femme et à chaque homme de réussir non seulement leur développement intellectuel ou leurs activités professionnelles mais également leur vie personnelle, familiale, culturelle ou sociale. Pour ce faire, les Maisons familiales orientent leur travail pour essayer de considérer la personne dans son présent et son devenir, solliciter la responsabilité, donner des repères, faire confiance, éveiller la curiosité, développer l’autonomie.

D’autre part, l’internat fait partie intégrante du projet éducatif des Maisons familiales rurales car il est un espace privilégié de travail, de relations entre jeunes, d’ouverture socioculturelle, un lieu incontesté d’apprentissage de la vie en collectivité, de participation à la vie matérielle de l’établissement.